Amazon, Facebook, Google... "ces entreprises qui exploitent notre intimité"

L'intrusion des nouvelles technologies dans notre quotidien nous condamne-t-elle à vivre sous surveillance permanente ? Entretien long format avec le journaliste Olivier Tesquet, auteur du livre-enquête "À la trace". 

Publicité

Des réseaux sociaux qui ingurgitent nos données personnelles aux assistants vocaux intelligents qui captent nos échanges, en passant par la reconnaissance faciale qui s'apprête à scruter nos visages... Que ce soit dans l'espace public ou la sphère privée, nos faits et gestes semblent ne plus pouvoir échapper aux yeux et aux oreilles des nouvelles technologies et des entreprises qui les exploitent.

Qu'est-ce que ces groupes privés savent de nous ? Pourquoi sommes si prompts à leur céder une part de notre initimité ? Sommes-nous condamnés à vivre sous surveillance ? Est-il encore possible de disparaître des radars ?

Le journaliste Olivier Tesquet, auteur du livre-enquête "À la trace" (Éd. Premier Parallèle), nous répond.